“De grandes inégalités de richesse provoquent de la colère de la population précarisée qui aura tendance à voter plus souvent extrême-gauche, mais aussi souvent à droite” (Kate Raworth, économiste professeure l’université d’ Oxford)

Premier « vrai » conseil communal de la législature, et baptême du feu pour quelques nouveaux élus autour de la table.

Budget CPAS

La présidente du CPAS a déroulé en long et en large son texte faisant le bilan de l’année écoulée et présentant les perspectives financières pour l’an prochain.

Une certitude, Vinciane P. n’a convaincu personne.

Affirmant en préambule qu’à Bertrix comme ailleurs la pauvreté ne diminue pas, elle passe de longues minutes à nous montrer que les dépenses d’aide sociale diminueront de plus de 336.000 € cette année, et que la contribution de la Commune diminuera encore cette année.

En 2018, le CPAS à reversé à la Commune 100.000 €. Pourquoi ne pas avoir profité de l’occasion pour remonter le seuil – non indexé depuis plus de vingt ans – pour accéder à l’aide sociale (200 € par personnes par mois à Bertrix, 240 € dans de nombreuses communes avoisinantes) ? Proposition d’ECOLO rejetée d’un revers de la main.

Il est sans doute plus facile de ne pas donner à certains qui pourtant se trouvent dans une situation précaire que de retirer à d’autres pourtant moins nécessiteux.

Autre bizarrerie dans les propos de Vinciane P. : le concierge engagé à mi-temps pour les nouvelles résidences services devra assurer une présence 7 jours/7 de 8H à 19H. Cherchez l’erreur.

Budget communal

Le budget ordinaire est un copié-collé de l’an passé.

Pas de nouveau souffle.

Toujours pas de critères définis pour les subsides aux associations de Bertrix.

Aucune volonté marquée pour une politique de réduction des déchets.

On ne voit pas dans les chiffres ce qu’avait promis la majorité en campagne :

  • promotion des circuits courts
  • tendre vers zéro déchet
  • soutien aux différents mouvements de jeunesse

Pour l’extraordinaire, l’aménagement du Centre d’Auby a disparu des projets de la CLDR. Inacceptable. On nous mène en bateau. Et rien dans les chiffres qui traduisent les promesses électorales :

  • installation de panneaux photovoltaïques sur les toitures publiques
  • développer les pistes cyclables
  • sécuriser le plan route et l’améliorer pour les usagers faibles
  • aménager un véritable réseau structurel de voies lentes

ECOLO s’abstient pour ces deux points.

Finalement, le point déposé par André Chanteux relatif à la mise en zone 30 de la rue du Culot trouve une oreille attentive de la majorité. Nous veillerons à ce que cela se transforme en actes.

Share This